Retour à la case départ

Hydromel biologique ou
avec des produits chimiques ?

Liens
Plan
Contact
Voter pour ce site avec Hit-Parade

Certaines personnes peuvent expliquer pendant des heures quels nutriments employer, comment utiliser sulfite ou acides. D'autres vous indiqueront comment faire de l'hydromel en utilisant seulement du miel, de l'eau et de la levure, sans ajouter quoi que ce soit d'autre.

Qui a raison ?

Est-ce que ça a de l'importance? Est-ce la bonne dichotomie ? Je dirais que, quoi que vous décidassiez de faire, ce qui compte est la qualité du produit fini. Il est absurde d'être fier de son hydromel biologique s'il n'est pas bon. Il est également absurde d'être fier de fermenter un hydromel en deux semaines s'il a besoin de nombreux mois pour viellir. Il est absurde de se vanter de ne pas employer de sulfite si l'hydromel n'est pas stable pendant le vieillissement. Ce qui importe est la qualité de l'hydromel après un temps donné. Quel est le meilleur hydromel à la fin de la fermentation ? Quel est celui qui vieillit le mieux ?

Je ne peux pas répondre à cette question ; il est sûr que les deux méthodes peuvent donner de bons hydromels. Ceci n'est peut-être pas la bonne question à poser, et très souvent c'est juste un dogme qui n'a pas été prouvé. Au lieu d'être fier de la fermentation d'un hydromel en deux semaines ou de ne pas employer de nutriments ou de sulfite, il serait plus logique de tester réellement l'effet de ces points de vue. N'employez aucun nutriment, peu de nutriments et beaucoup de nutriments et comparez la vitesse de la fermentation ainsi que le goût de l'hydromel à la fin de la fermentation et après vieillissement. Mettez l'hydromel en bouteilles avec et sans sulfite et comparez la stabilité des deux cuvées. S'il s'avère qu'en effet une fermentation de deux semaines ou l'absence de nutriments ou de sulfite donne un résultat aussi bon (ou meilleur) que d'autres méthodes, conservez votre méthode. Sinon, changez de religion. Aucune religion ne peut avoir autant d'importance qu'un bon hydromel.


18 avril 2003